05.10.2014

Le lavoir au coeur du patrimoine

Moussan  lavoir 1.JPGMoussan  lavoir 2.JPGMoussan  lavoir 3.JPG

 

Dimanche 21 septembre , la commission patrimoine avait profité de la journée liée à celui ci pour réhabiliter, faire découvrir le lavoir du village et l'histoire qui a avec. Près de 120 personnes étaient présentes pour assister à cette initiative.

Une exposition photos retraçait les différents compte rendus municipaux qui avaient un rapport sur ce lieu de besogne mais aussi de convivialité; le premier datant de 1871. Pour se replonger dans cette époque , du linge d'antan était étendu et exposé autour des bassins.

Marie France Montosson  adjointe en charge de la commission patrimoine présentait le projet:'' à notre demande l'ingénieur du patrimoine s'est déplacé et a reconnu la forte valeur patrimoniale de notre bassin, la pierre bleue arrondie dans les angles et tout l'intérêt de sa réhabilitation''. Après avoir félicité toutes les personnes qui se sont investies , elle insista sur le rôle social du lavoir:'' il a contribué à améliorer les conditions de travail des femmes. La bugada  restait une tâche pénible mais qui a favorisé le lien social. Cela a permis aux femmes de sortir des maisons, de l'emprise des familles ou des hommes. Cet espace leur était réservé  comme la piale l'était pour les hommes. Elles se retrouvaient, parlaient entre elles , parfois réglaient des comptes''. L'élue retraça alors la partie historique qui débuta le 10 mai 1871 par la construction , sur le terrain de M. Rouaix, du lavoir  bassin à deux bacs avec l'évacuation des eaux dans un jardin pour l'irrigation des cultures vivrières. Elle conclut:'' comme vous pouvez le constater au cours des 140 dernières années chaque municipalité a mis sa pierre à cet édifice et a contribué à l'améliorer afin de le rendre plus fonctionnel et confortable, nous espérons nous aussi le rendre comme un élément incontournable de notre patrimoine''.

Martine Rouby , élue reprit alors le témoignage de Denise Vidal:'' le lavoir on l'appelait le sénat, je ferme les yeux et j'entends les cris des enfants qui courent autour du bassin en s'éclaboussant, j'en vois d'autres qui font flotter des bâtons dans la rigole. J'entends les coups de battoir sur le linge encore chaud, des injures et même des crêpages de chignons lorsqu'il manquait  du linge ou lorsque la place était prise... Pour tous ces souvenirs, ces moments passés, j'aimerai qu'il reste en l'état''.

Antoine a ensuite tenu à retranscrire un épisode de son enfance :''le bassin , nous enfants nous le respections, parfois nous y faisions naviguer des bateaux en écorce de pin creusée, aux mâts de tiges de fenouil et aux voiles en papier job. Même en l'absence des laveuses, on ne s'aventurait pas à troubler l'eau. De toute façon nous avions une sainte peur du garde champêtre M. Abrial et des employés municipaux André Olive, Louis Sierra et Baptiste Lassère. Surtout lorsqu'ils coiffaient leurs képis, ils avaient vite fait de nous faire déguerpir. Au fait il y a 65 ans de cela!''

Après cette page d'histoire, les lavandières des folies moussanes ont continué à nous replonger dans un autre temps.  Grâce à leurs tenues d'époque ,des ustensiles et du linge d'antan, les chants d'alors , elles ont effectué la ''bugada'' devant un public émerveillé.

L'assistance a ensuite pu comprendre et apercevoir le système d'irrigation des jardins des ouvriers en se rendant au parc Rouaix . En ces temps là on ne gaspillait pas le bien précieux qu'était l'eau.

Après cette journée du patrimoine consacrée au lavoir , les personnes présentes étaient conviées à un apéritif dans ce lieu.

 

 

19:52 Publié dans patrimoine | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.