16.02.2014

La commune accompagne un équipage du 4L Trophy

Moussan 4l trophy 1.JPGMoussan 4l trophy 2.JPG

 

L'édition 2014 du 4L Trophy  verra un équipage Moussano/Cuxanais sur les pistes du Maroc .Il faut dire que notre commune n'est pas à son coup d'essai pour cette initiative qui poursuit un but humanitaire. En effet déjà  en 2012 l'équipage local composé de Théo et Elsa avait montré la route et avait reçu l'aide de la municipalité pour ce raid, le but étant avant tout d'amener le maximum de matériel scolaire sur place.

Ainsi le moussanais Jonathan Bousiges et le cuxanais Antoine Schurr étaient présents devant la mairie pour présenter leur 4L aux élus et les remercier pour leur soutien.

Ces deux jeunes se suivent depuis la maternelle  jusqu'à aujourd'hui à l'école d'ingénieur, ils partagent une longue amitié et aussi une même passion, un besoin d'aventure tout en se rendant utile auprès de ces populations. Sur les 1300 équipages , ils seront les seuls du narbonnais, ils rejoindront à Saint Jean de Luz, point de départ le second équipage Audois venant de Carcassonne. Ils remercient les sponsors nombreux dont la commune de Moussan et l'entreprise rénov 4l qui leur a donné des cours de mécanique certainement  bien utiles  dans les dunes du désert marocain.

M. le maire Jean Paul Schembri accompagné des élus Christiane Salsegnac, Claude Monié et Henri Olive étaient présents pour la présentation du véhicule. Le premier magistrat a tenu à les encourager :'' le conseil municipal vous a octroyé une subvention exceptionnelle de 400 euros car ce rallye sert une noble cause et nous nous devions de donner un coup de pouce à cet équipage Moussano Cuxanais à qui je souhaite bonne chance pour les 6000kms à venir''.

Jonathan et Antoine vont découvrir le désert marocain, notre commune sera présente avec eux, le blason de Moussan apposé sur la vitre arrière en témoignera  Notre village les encourage, le rêve d'aventure  va enfin devenir réalité , les moussanais leur souhaitent bonne chance et vont suivre jour après jour leur aventure et leur progression .

 

22:21 Publié dans aventure | Lien permanent | Commentaires (0)

04.12.2012

Le ''Soleil Moussanais'' au pays d'Ovilius

 

Poursuivant leur périple, une vingtaine d'adhérents du ''Soleil Moussanais'' ont voulu percer le mystère de cet ''illustre inconnu qu'était Ovilius, père fondateur d'Ouveillan.
Le groupe s'est donc retrouvé sur la place du marché de cette commune, dimanche 25 novembre en début d'après midi. Ils ont pris la rue du parc et se sont dirigés vers le grand ''Salinié''. Autrefois grande étendue d'eau, source de richesses, il a été asséché en 1305 pour obtenir plus de terres pour se nourrir. Le fléchage à l'effigie du poisson les a accompagnés touMoussan rando Ouveillan.jpgt au long de la randonnée. Après la ferme de l'étang, ils se sont dirigés vers Roquevaquière. C'est sur cette colline que notre vétéran des légions romaines aurait installé sa ''villae''. Les randonneurs grimpent un petit peu et rejoignent un point de vue panoramique sur toute la plaine de la Narbonnaise. Chacun essaie de donner un nom aux villages environnants. Au loin, la cathédrale Saint Just  se détache sur un ciel plombé.
Le groupe se retrouve dans un bois de pins.A chaque détour de chemins, des points de vue s'offrent à eux. Ils redescendent vers le ''trou de l'étang'', point d'eau toujours alimenté par résurgence et captage des eaux de pluie. La saladelle pousse dans les fossés et laisse apparaître ses fleurs bleues. Longeant  le bois de Saint Cyr, Antoine d'un air docte, apprend au groupe qu'il y avait en cet endroit une tour qui servait au début du siècle dernier aux avions ''Latécoère'' pour s'orienter. Le Soleil Moussanais a poursuivi la marche dans le cœur de l'étang du ''Salinié'' puis ils rejoignent le village. Les rues dévoilent le vieux village avec le quartier religieux de Lauze et l'église Saint Jean l'Evangéliste  particulièrement restaurée... Un petit détour par la glacière et le rempart et voilà le groupe aux voitures .
Ovilius aura accompagné le groupe tout au long d'une balade sympathique, dans une commune hautement chargée d'histoire. La prochaine randonnée aura pour cadre, dimanche prochain, la commune d'Armissan.

28.10.2012

De l'Ermite au bout du monde pour le ''Soleil Moussanais''

Moussan rando Saint Guilhem.JPG 

Pour sa sortie dominicale , le ''Soleil Moussanais'' avait choisi un petit coin de nature chargé d'histoires et de mystères. Les randonneurs ont été une vingtaine à répondre à l'invitation. Saint Guilhem le désert  est un village rue, édifié au IXème siècle, tout le long du Verdus, petit affluent de l'Hérault. Il est une étape du pèlerinage de Saint Jacques de Compostelle ( voie d'Arles). Son abbaye est classée au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1999 au titre des chemins de Saint Jacques de Compostelle.
Le groupe s'est peu attardé là , car le guide devait les amener au ''bout du monde'' et ce n'est pas peu dire . Le temps est relativement beau . A la sortie du village, par la rue du Four, ils prennent un chemin empierré qui grimpe sur la droite. Ils passent non loin du château du Géant où vivait il y a très longtemps un géant sanguinaire qui fut tué par Guilhem et qui avait pour seule compagne une pie malicieuse. Une vue splendide sur le cirque de l'Infernet s'offre alors aux randonneurs. Ils passent le col de la croix et se dirigent vers la forêt domaniale de Saint Guilhem. La montagne devient plus accidentée; vallons capricieux, escarpements fantastiques mais surtout des pins de Salzmann verdoyants, vigoureux, éparpillés sur les pentes , nombreux et serrés sur les terrasses. Dans une petite reculée, le groupe arrive après une belle montée à l'ermitage de lieu plaisant; sanctuaire, dissimulé au sein d'un pays de garrigues agrestes, il est propice à la méditation. Une pancarte à l'entrée invite au respect des lieux et des personnes. Un ermite y serait installé. Les randonneurs profitent de l'ombre des pions pour pique-niquer. Repus, ils reprennent le sentier qui passe dans une véritable forêt et rejoint un chemin forestier. Un petit détour par le col de Pousterle d'où ils aperçoivent le mont Saint Clerc et ils atteignent le roc de Candelle qui domine toute la vallée . Ils descendent dans la combe du ruisseau de Verdus et rejoignent un sentier qui passe par le cirque de bout du monde. Ils débouchent au bord de la falaise; la vue du cirque est superbe.
Sous les pieds des randonneurs, la vallée du bout du monde , avec à leur gauche des terrasses jadis cultivées et sur leur droite, la grande falaise du ric de la Bisssonne. Le groupe emprunte les lacets du sentier qui les amènent au pied de la falaise puis au fond de la vallée et enfin à Saint Guilhem. La journée est finie, l'orage n'est pas encore là. Une bien belle journée faite de découvertes et de convivialité.
La prochaine sortie amènera le groupe dans les hautes Corbières à Albières.

15:12 Publié dans aventure | Lien permanent | Commentaires (0)

07.10.2012

Des membres du ''Soleil'' sur les pas de Saint Jacques de Compostelle

 

Vendredi 21 septembre, Antoine Batailler, le Moussan Saint Jacques.JPGplus ''Jacquaire'' des adhérents du ''Soleil Moussanais'' , a conduit Irène, Evelyne et Brigitte à la gare de Narbonne.
Elles devaient rejoindre Saint Jean Pied de Port, lieu de départ de leur périple pour Saint Jacques de Compostelle par le chemin dit des Français.
Nous ne pouvons que leur souhaiter beaucoup de courage car la tâche est rude. Après 750 kilomètres, munies de leur ''crédencial'' elles devraient atteindre le but du voyage.
De nombreux membres de la grande ''confrérie'' jacquaire viendront grossir les adhérents du ''Soleil Moussanais''.

09:40 Publié dans aventure | Lien permanent | Commentaires (0)

14.08.2012

Le Soleil sur la montagne sacrée des catalans:le Canigou

Moussan canigou 2.JPG 

Une fois n'est pas coutume, une dizaine de membres du ''Soleil'' ont mis entre parenthèse le trêve estivale pour se lancer un défi: monter sur le Canigou. Ils n'ont pas choisi le plus facile et l'on va s'en rendre compte.
Le 7 août , le groupe prend la route pour Casteil et emprunte le chemin qui les conduit au col de Jou. Quelques kilomètres plus loin , ils laissent les voitures au parking du Randé. Après s'être équipé, les voilà partis pour 45 minutes  de marche qui les conduisent au refuge de Mariailles (1700m). Les randonneurs ont pris un repas typiquement catalans avec des ''boles de picolats'' et certains d'entre eux ont connu leurs premiers émois de la vie en collectivité avec le couchage en réfectoire. Louis, Antoine et d'autres mettent en valeur à cette occasion, leur torse velu. La nuit fut mouvementée car Jean Louis avait sorti'' la tronçonneuse''.
Le 8, à 7h, après un petit déjeuner frugal, le soleil entame une rude journée, même si le temps est au beau fixe et la température idéale. Ils empruntent le GR 10 qui passe en sous bois, au dessus de vallées vertigineuses. Ils quittent  le GR 10 pour emprunter le GRH qui les conduit dans un premier temps au refuge Arago (2123m) abri sommaire qui leur permet de se désaltérer et de recharger les accus. Le sentier monte doucement avant d'arriver sur un plateau d'où l'on aperçoit le graal: le Canigou. A partir de là les affaires se corsent . Le chemin devient de plus en plus sinueux et pentu. A l'embranchement menant aux crêtes de Barbet, les randonneurs laissent les sacs et décident de grimper dans la ''cheminée'', passage difficile nécessitant l'appui des mains. Après maints efforts , ils arrivent enfin au sommet de la montagne sacrée à 2784m. Beaucoup de monde mais le déplacement en valait la peine avec une vue sur 360° sur les Pyrénées mais aussi sur la méditerranée  distante de 45 km seulement.
Après avoir pris la photo devant le monument rempli d'ex-voto, ils redescendent par la ''cheminée'', personne sujette au vertige s'abstenir.
Les randonneurs récupèrent les sacs et après s'être sustentés, ils reprennent la piste montant sur les crêtes de Barbet (2712m) avant de prendre la lonMoussan canigou1.JPGgue descente menant au refuge des Cortalets. Au fond du talweg, ils ont pu voir les restes des névés et ont pu entendre les marmottes siffler.
Après 7h30 de marche, 1300m de dénivelé positif et 800m de dénivelé négatif , le groupe atteint enfin le refuge des Cortalets (2150m). Une boisson bien fraîche faite de houblon, la gentillesse de Nathalie et les voilà requinqués pour passer une bonne soirée.
Le 9, ils prennent un petit déjeuner sur la terrasse avec à leurs pieds la Méditerranée, avant de repartir. Dernière randonnée de 16kms , pour 1300m de dénivelé négatif qui va conduire le soleil à Fillols, plus précisément au col de Millères (842m).  Les randonneurs passent non loin du refuge de Balaig qui fut incendié par les allemands en août 1944 et au détour des lacets ils peuvent admirer la vallée de la Têt  et de la Llitera. Au niveau de l'Escala de l'Ours, la piste, taillée en corniche dans la roche dévoile des paysages grandioses. A 12h ils sont arrivés à destination. Les têtes sont pleines de souvenirs et de beaux paysages. Une fois de plus, le ''Soleil'' a porté haut ses valeurs qui sont amitié et convivialité et les a faites partager à tous ceux qui les ont cotoyés.

07.08.2012

4L Trophy: mission réussie pour Théo et Elsa !

Moussan 4l trophy 1.jpgMoussan 4l trophy 2.jpgThéo Navarro et Elsa ont donc réussi leur pari participer et surtout terminer le 4 L Trophy vers le sud marocain. L'équipage moussanais qui faisait partie des 1350 concurrents avait pour objectif de parcourir avec leur renault 4L  les 5550 kilomètres vers le désert marocain , le but étant d'offrir 40.000 euros de dons afin de créer 3 salles classes , 3 blocs sanitaires et d'apporter 63 tonnes de fournitures scolaires et de matériel médical. Objectif dépassé car devant la générosité tout le matériel n'a pu être embarqué et sera acheminé lors de l'édition 2013.

Au niveau technique , force est de constater que ''Simone'' a été bien préparée , une durite qui rend l'âme à 10 kilomètres de l'arrivée dans un oued et un silencieux d'échappement défaillant seront les seuls problèmes rencontrés par le jeune équipage.

Le départ du 4L Trophy a eu lieu le mercredi 15 février de Saint Jean de Luz et c'est le samedi 18 que notre équipage franchira la méditerranée pour poser les roues de la 4L à Tanger vers 19 heures; ça y est la grande aventure commence. Dès le lendemain une surprise attend l'équipage n°370 en plein atlas marocain, en

Moussan 4l trophy 3.jpg

 effet après le passage de plusieurs cols, une importante couche de neige était au rendez vous .

Lundi 20 février c'est l'étape Boulajoul Merzouga, où Théo et Elsa vont manger de la piste et du sable et ça commence vraiment à sentir l'aventure à travers les oueds et les dunes . De plus lors de cette étape ''Simone'' va enfin pouvoir s'alléger car l'association '''enfants du désert '' est venu récolter les dons. Cette association qui gère la partie humanitaire est ravie de voir à quel point les ''trophystes'' sont généreux ; des cartables, des trousses , du matériel scolaire, mais aussi des minerves, des attelles sont attribués dans une atmosphère très émouvante.

Mardi 21 et mercredi 22 février , l'équipage fera deux boucles autour de Merzouga , le jeudi et vendredi s'en suivra l'étape marathon avec comme point de ralliement Marrakech et l'arrivée à Zagora 

Le retour vers la France se fera le dimanche 26 février , Théo et Elsa et ''Simone'' feront la traversée de l'Espagne en une seule traite . Ils garderont de ce défi, des images magnifiques, la joie d'avoir partager avec d'autres équipages cette aventure extraordinaire et surtout le fait d'avoir aider les populations du désert marocain . Théo et Elsa remercient tous les sponsors et les bénévoles qui ont participé à l'accomplissement de ce rêve d'aventure qui est devenu une réalité. 

11:07 Publié dans aventure | Lien permanent | Commentaires (0)